Peut-on Réparer L'histoire ? : Colonisation, Esclavage, Shoah

Peut-on Réparer L'histoire ? : Colonisation, Esclavage, Shoah

4.7/5

Présentation de l'éditeur ?Alors que rebondit le débat autour de la repentance et de la colonisation, les tribunaux civils sont de plus en plus sommés d'indemniser les \"préjudices de l'histoire\". On savait, depuis Nuremberg, que la justice pénale internationale pouvait juger les dirigeants, mais voici que, à présent, le droit privé est convoqué pour solder les comptes de l'histoire : spoliations des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, stérilisation de populations colonisées, occupation des terres des aborigènes, par exemple. Le mal dans l'Histoire est-il un préjudice que l'on peut réparer ? L'indemnisation financière peut-elle ouvrir la voie à une réconciliation ? Les victimes y trouvent-elles vraiment la reconnaissance qu'elles cherchent ? Ne s'agit-il pas là d'une marchandisation de la justice ? Une enquête inédite sur une nouvelle façon de panser les plaies de l'Histoire. Antoine Garapon, magistrat, a fondé l'Institut des hautes études sur la justice et il est membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Il a notamment publié Le Gardien des promesses, Bien juger, Des crimes qu'on ne peut ni punir ni pardonner, Juger en Amérique et en France. Extrait INTRODUCTION Peut-on réparer l'histoire ? Quelle étrange question ! Autant se demander si l'on peut remonter le cours du temps ou se libérer de la condition humaine : la nécessaire inscription dans une histoire, dont nous sommes à la fois les acteurs et le produit, n'est-elle pas la marque de notre finitude ? D'autant que l'histoire est faite de boue et de sang, frappée d'une violence indissociable de la relation politique et qui la fonde. Cette part maudite de l'humanité exprime le tragique de la condition politique. N'est-il pas naïf de prétendre la réparer ? Le plus nouveau dans cette insolite question, c'est d'y songer. Parce que avant d'être regardée comme génératrice de préjudices, l'histoire fut longtemps considérée comme source d'espoir. L'action dans l'histoire - par l'histoire - laissait espérer une possible libération, une amélioration de notre condition terrestre. Pour la philosophie de l'histoire, la violence était un mal nécessaire qui allait accoucher d'un monde nouveau et meilleur ; la révolution était certes dévastatrice, mais elle hâtait l'avènement de la liberté, elle nous rapprochait d'un hypothétique dénouement. Et voici que nous ne nous satisfaisons plus d'être les notaires de cette histoire, nous prétendons en devenir les procureurs. PUNIR, RÉCONCILIER, RÉPARER L'histoire n'est plus le tribunal du monde, elle devient subitement justiciable de la justice des hommes. De la justice de certains hommes, et plus précisément des vainqueurs, ajouteront ses détracteurs : elle est l'oeuvre de ceux qui veulent consacrer la victoire des armes par le verdict du droit. Ne l'a-t-on pas vu à Nuremberg en 1945 ? Le premier acte de cette pièce, qui en comporte pour l'instant trois, a consisté à criminaliser l'histoire : d'où l'idée de justice pénale internationale, inaugurée par les tribunaux militaires internationaux de Nuremberg et de Tokyo au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, idée qui n'a véritablement pris corps qu'à la fin de la guerre froide par la création des deux tribunaux pénaux ad hoc pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda, créés en 1993, puis par celle en 1998 de la Cour pénale internationale. À peine cette pénalisation de l'histoire était-elle engagée qu'elle se vit complétée, voire doublée par d'autres formes qui n'étaient plus ni pénales ni internationales : les commissions Vérité et Réconciliation. Ces dernières tentent moins de juger l'histoire que de l'alléger des germes de ressentiment qu'elle garde en ses flancs et qui peuvent l'amener à se répéter. Ces nouvelles formes consacrent la montée en puissance du thème de la réconciliation. Le modèle strictement pénal n'a pas tardé en effet à être dépassé par la recherche d'un accès plus direct au but recherché : non seulement faire la paix en obtenant le silence des armes mais aussi r

22,12 €

Acheter maintenant

On assure vos arrières !

Les marchands sélectionnés par Reepeat ont été choisis pour leur qualité de service et leur sérieux.
Voici les 3 conditions minimales requises pour qu'un produit soit référencé sur Reepeat. 🧐

Produit garanti

Inspectés par des professionnels

Les produits reconditionnés que nous sélectionnons sont testés, inspectés et remis en état par des professionnels.

Produit garanti

Produits garantis 6 à 36 mois

Si le produit présente des dysfonctionnements pendant la période de garantie, il est remplacé gratuitement.

Produit garanti

Retour sous 14 jours minimum

Essayez le produit chez vous pendant au moins 14 jours. S'il ne vous convient pas, renvoyez-le au marchand.