1907 Les Mutins De La République : La Révolte Du Midi Viticole

1907 Les Mutins De La République : La Révolte Du Midi Viticole

5/5

Présentation de l'éditeur Mars-juin 1907 : la révolte gronde dans le Midi viticole, de Perpignan à Nîmes. Des comités d'action viticole se forment, des leaders surgissent, des maires démissionnent, les villes accueillent des centaines de milliers de manifestants, des émeutes éclatent, on relève des morts. L'armée est appelée à la rescousse pour rétablir l'ordre. La région est pourtant pleinement républicaine, mais elle est poussée au désespoir par la mévente du vin. L'un des régiments, le 17e d'infanterie de Béziers, refuse de tirer sur les viticulteurs insurgés, et se mutine. C'est l'apogée d'une crise ; la France retient son souffle. Les mutins sont envoyés en punition à Gafsa, en Tunisie et Clemenceau rétablit le calme. Mais la révolte du Midi et la mutinerie du 17e régiment sont entrées à jamais dans la mémoire collective. Ce livre retrace le contexte et le déroulement de cette page ignorée de l'Histoire de France. Sa force tient au choix de mettre à l'honneur la parole des mutins : plusieurs d'entre eux ont rédigé à chaud des carnets qui font entendre, parfois en occitan, la voix d'un peuple qui se saisit de son destin. Rémy Pech, professeur d'histoire contemporaine et ancien président de l'Université du Mirail (Toulouse), est un spécialiste de la viticulture languedocienne et des événements de 1907. Jules Maurin, professeur émérite d'histoire contemporaine et ancien président de l'Université Paul Valéry (Montpellier), est un spécialiste de l'histoire de la conscription et de l'armée sous la Troisième République. Ils ont contribué ensemble à la réalisation d'un téléfilm sur la révolte des vignerons. Extrait Extrait de la préface de Maurice Agulhon, Professeur honoraire au Collège de France : Notre grand XIXe siècle (1789-1914) a vu s'accumuler quantité d'épisodes conflictuels plus ou moins violents et complexes. C'est que trois sortes de lutte, au moins, s'y sont entrecroisées et combinées : la lutte proprement politique entre révolution et contre-révolution, la lutte sociale récurrente entre riches et pauvres, et enfin, sinon la lutte, du moins la diversité des sensibilités régionales qui ont si souvent contribué à localiser les conflits (1793 dans l'Ouest, 1851 en Provence, Languedoc et Aquitaine, 1871 à Paris, années 1890 avec le prolétariat du Nord, etc.). Mais, on le sait aussi, du temps de Robespierre à celui de Fallières, la tendance générale fut à l'apaisement. La mutinerie dont traite le présent ouvrage a bien procédé d'un conflit économique et aussi de la singularité d'une physionomie régionale bien constituée ; elle a pourtant été relativement paisible. C'est que le troisième conflit, le politique, était en voie de règlement. On ne peut comprendre le caractère presque entièrement pacifique de l'affaire de 1907 que si l'on voit face à face le Gouvernement le plus républicain de la Belle Époque et le peuple (méridional) le plus républicain de la province française. Oh ! certes, il y a eu ce qu'on appellerait aujourd'hui une «bavure», disons en tout cas un épisode hélas plus classique : les forces de l'ordre ont tiré et fait six morts à Narbonne grossissant la triste liste qui va de Fourmies (1891) à Draveil (1908) ! C'était le 19 et le 20 juin 1907. Mais le soir même du 20 juin et le lendemain, sur la route d'Agde à Béziers, le 17e accomplirait l'événement original et donc bientôt célèbre : un régiment presque entier qui se soulève pacifiquement en affirmant sa volonté d'éviter de jouer le rôle trop classique de la répression, troupe armée contre peuple. Il donne ainsi au mouvement des vignerons du Midi un étonnant renfort : celui des vignerons sous l'uniforme qui osent se mutiner. Dans cette affaire - à la fusillade de Narbonne près, mais quelle restriction ! - tout était républicain, moderne, populaire, pacifique : aussi bien l'action vigneronne par défilé quasi festif que les réponses prudentes d'un gouvernement longtemps modéré et finalement acceptant les revendications. Revue de presse

5,22 € 19,00 €

Acheter maintenant

On assure vos arrières !

Les marchands sélectionnés par Reepeat ont été choisis pour leur qualité de service et leur sérieux.
Voici les 3 conditions minimales requises pour qu'un produit soit référencé sur Reepeat. 🧐

Produit garanti

Inspectés par des professionnels

Les produits reconditionnés que nous sélectionnons sont testés, inspectés et remis en état par des professionnels.

Produit garanti

Produits garantis 6 à 36 mois

Si le produit présente des dysfonctionnements pendant la période de garantie, il est remplacé gratuitement.

Produit garanti

Retour sous 14 jours minimum

Essayez le produit chez vous pendant au moins 14 jours. S'il ne vous convient pas, renvoyez-le au marchand.